Perturbateurs endocriniens : qui sont-ils au juste ?


Actu Alimentation et bien être / mercredi, mai 29th, 2019

Sujets à controverse, les perturbateurs endocriniens sont, selon l’Organisation Mondiale de la Santé, des substances chimiques d’origine naturelle ou artificielle étrangères à l’organisme. Ils peuvent altérer les fonctions du système endocrinien et provoquer ainsi de nombreux troubles au niveau de la santé. Par la même occasion, ils sont polluants et contribuent à la dégradation de l’environnement. Le hic est qu’ils sont présents presque partout, mais qui sont-ils vraiment ?

Où les perturbateurs endocriniens se trouvent-ils ?

Les substances chimiques, également appelées xénobiotiques, qui sont à l’origine des perturbations biologiques sont devenus omniprésents dans notre environnement. Que ce soit à la maison ou à l’extérieur, ils envahissent tout ! Ils sont même présents sur nos vêtements, les ustensiles de cuisine, dans l’eau et dans l’air. Mais leur présence dans l’alimentation s’avère encore plus alarmant car leur ingestion augmente considérablement leurs effets nocifs sur la santé. Pour en savoir plus, consultez cet article complet sur les perturbateurs endocriniens.

Les perturbateurs endocriniens dans l’alimentation

Les aliments industriels restent la principale source des pathologies liées aux perturbateurs endocriniens jusqu’à ce jour. Pour cause, leur emballage, souvent fait en matière synthétique riche en xénobiotiques, les contamine. Il arrive également que des denrées alimentaires industrielles soient exposées à des pesticides et autres polluants organiques persistants durant leur processus de fabrication.

L’autre raison qui met l’alimentation en tête de liste des porteurs de perturbateurs endocriniens est l’utilisation des additifs antioxydants dans leur production. Ces agents ont le pouvoir de limiter l’action de l’oxygène sur les produits et de rallonger ainsi leur durée de conservation. En revanche, ils sont riches en xénobiotiques. Parmi les additifs antioxydants, il y a l’ascorbate de sodium (E301), le delta tocophérol (E309), le lactate de sodium (E326) et le thiodipropionate de dilauryle (E389).

Si toutes ces substances chimiques ne sont pas facilement absorbées par le corps humain et donc inoffensives, un abus chronique peut être dangereux pour la santé. En d’autres termes, il vous est conseillé de limiter autant que possible les aliments de fabrication industrielle comportant ces additifs.

Les perturbateurs endocriniens dans l’environnement

Comme il est déjà mentionné plus haut, les perturbateurs endocriniens sont partout. Vous les trouverez au sein même de votre logement.  Les tapis, les rideaux, les coussins, et autres tissus dans la maison contiennent souvent des polybromés qui les rendent moins inflammables. Les appareils électroniques tels que les télévisions et les ordinateurs, quant à eux, renferment des retardateurs de flammes bromés libérés par la chaleur. D’ailleurs, ayez l’habitude de les éteindre lorsqu’ils sont hors d’utilisation.

Les détergents sont riches en solvants qui contaminent toute la maison, y compris l’air qui y circule. L’inhalation est à éviter pour écarter tout risque. Une bonne aération de chaque pièce est de mise afin de renouveler l’air. Par ailleurs, les perturbateurs endocriniens sont présents dans les transports en commun, dans les parcs, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *